Travail final dans le cours Littérature et société donné par Élisabeth Nardout-Lafarge à l'automne 2019.
You can not select more than 25 topics Topics must start with a letter or number, can include dashes ('-') and can be up to 35 characters long.
Louis-Olivier Brassard 323f82b71c
Corrections mardi matin après 3e épreuve
2 months ago
contenus Corrections mardi matin après 3e épreuve 2 months ago
node_modules Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
resources/_gen/assets/scss/sociocritique-jeune-homme-sans-avenir/styles Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
static Corrections mardi matin après 3e épreuve 2 months ago
themes/min-edition-critique Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
.gitignore add node_modules to gitignore 2 months ago
LICENSE Ajout LICENSE CC-BY-SA 4.0 (version brève, qui renvoie au web 2 months ago
Makefile Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
README.md Débuté sprint de rédaction au DAX 2 months ago
analyse.odt Corrections mardi matin après 3e épreuve 2 months ago
config.yml Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
package.json Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
postcss.config.js Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago
yarn.lock Rendre projet prêt pour webification (Hugo site) 2 months ago

README.md

FRA3310 – Automne 2019 – Travail final

Travail final dans le cours Littérature et société donné par Élisabeth Nardout-Lafarge à l’automne 2019.

Sujet étudié

La technologie et la menace dans le roman Le jeune homme sans avenir de Marie-Claire Blais.

Hypothèse : La pénétration des objets techniques dans le quotidien des personnages dans Le jeune homme sans avenir accentue le caractère anxiogène du chronotope contemporain, surtout lorsqu’ils sont appréhendés sous le modèle de la « boîte noire » (dont le fonctionnement interne est occulté à dessein) : sans être directement nommés, je postule que la (sur)médiation des relations humaines, l’accroissement incommensurable du flux de l’information et le renforcement de la cybersurveillance de masse (notamment) s’installent de manière pernicieuse dans les régimes cognitifs que sont ceux de l’économie de l’information, de l’attention et de la vie privée en se présentant sous les icônicités des objets du quotidien (« téléphone » cellulaire, ordinateur portable, télévisions, caméras) et donnent lieu à de nouvelles théâtralités qui traduisent un état d’anxiété justement provoqué par l’omniprésence du numérique. J’examinerai enfin la singularité du propos et en quoi le texte s’écarte de l’imaginaire social.

Plan de l’argumentation

  • Manifestations technologiques du chronotope
  • Une icônicité des objets techniques : le modèle de la boîte noire
  • Interprétation : resémantisation et éversion vers l’imaginaire social

Échéancier

Licence

CC-BY-SA 4.0